Les femmes peuvent recourir à l’IVG médicamenteuse via la téléconsultation par télémédecine pour  la première consultation et la consultation de contrôle de l’IVG médicamenteuse en ville avec un médecin ou une sage-femme, jusqu’au 30 octobre 2020.

Premier temps : la consultation d’information peut se faire à distance :

Le professionnel doit informer la patiente sur le déroulement de la téléconsultation (fiche HAS disponible : https://www.has-sante.fr/jcms/c_2971632/fr/teleconsultation-et-teleexpertise-guide-de-bonnes-pratiques) et doit recueillir son consentement (oral ou écrit) pour la réalisation de la télémédecine. Ce consentement et le compte rendu de la téléconsultation sont à tracer dans le dossier médical.

Deuxième temps : la consultation de contrôle à distance possible :

Elle est effectuée entre le 15 et 21ème jour après la prise du 1er médicament abortif. Comme lors de la première consultation, le compte-rendu de la téléconsultation est à enregistrer dans le dossier de la patiente.

Si lors de la 1ère téléconsultation, les conditions ne vous semblent pas réunies :
– bonne compréhension de la procédure,
– espace de confidentialité,
– sécurité de la femme,
une consultation en présentiel est recommandée.

Dans ce cadre, le réseau REVHO a travaillé sur un protocole pour sécuriser la réalisation de l’IVG lorsqu’une échographie n’est pas réalisable.

FAQ : IVG et téléconsultation

FAQ : IVG et téléconsultation

Oui cela est possible en présentiel : Suite à l’arrêté du 14 avril complétant l’arrêté du 23 mars, la téléconsultation ou les consultations en présence du professionnel pour une IVG médicamenteuse sont possibles jusqu’à 9 SA en ville. De même si les femmes le préfèrent, ou si le professionnel de santé le considère comme nécessaire au vu de l’état de santé de la femme ou des conditions psychosociales(absence de confidentialité, suspicion de violences intrafamiliales) , elles doivent pouvoir bénéficier d’une consultation en présence du professionnel à chacune des étapes du parcours, y compris jusqu’à 9 SA.

Ainsi l’arrêté du 23 mars est composé de 2 articles qui concernent l’IVG :

– l’article 10-3 concernant la télémédecine, prévoit une dérogation à la prise de médicament en présence d’un professionnel de santé de l’IVG médicamenteuse en ville jusqu’à 7 SA (cf l’article R2212-17 et R2212-10).

– L’article 10-4 concernant la dérogation pour IVG médicamenteuse hors établissement de santé jusqu’à 9 SA : Dans ce contexte, des spécificités sont abordés, dont le fait que l’article 10-3 s’applique et donc que la téléconsultation soit aussi valable (mais sont aussi abordés la prescription hors AMM de certaines molécules etc).

Print Friendly, PDF & Email